e-marketing online

Pierre-Alain Chambaz pictet : L’inexorable montée en puissance des NBIC

Force est de constater aujourd’hui que les exercices préparatoires au déploiement des fonds européens pour la période 2014-2020 n’ont que très marginalement intégré la dimension interrégionale qui reste donc à penser à postériori. Qu’est-il d’accord pour faire suite à la demande du commercial ? Et presque aucun secteur ne leur échappe. Plus nous approfondissons l’ordre des choses, plus nous approchons de la réalité essentielle sans y atteindre jamais. Le langage réunit ici sous le même nom des choses bien différentes : quoi de commun entre le remords d’un assassin et celui qu’on peut éprouver, tenace et torturant, pour avoir froissé un amour-propre ou pour avoir été injuste à l’égard d’un enfant ? Le facteur commun était que chacun avait adopté des politiques non durables, nécessitant des mesures correctives. Avec l’Allemagne comme épicentre productif de l’Europe. Combien de Français piétinent frustrés au seuil du marché de l’emploi ? L’instinct social et moral, en tant que force mentale, est de ce genre : il est donc parmi ceux qui deviennent facilement insatiables et continus. Il y a une durée réelle, dont les moments hétérogènes se pénè­trent, mais dont chaque moment peut être rapproché d’un état du monde extérieur qui en est contemporain, et se séparer des autres moments par l’effet de ce rapprochement même. Si par un de ces bouts la philosophie russe va jusqu’aux cimes de la religion et de la foi, par un autre elle touche aux remous de la vie sociale et à la pratique de la morale. Les trajets sont dits ajoutés géométriquement quand l’un commence où l’autre finit. Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler ce proverbe chinois « A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes ». On pourrait faire un livre pour relever les plus importants de ces principes directeurs du raisonnement. Et quand ils se rencontrent dans la rue, ils n’osent dire ce qu’ils pensent l’un de l’autre. Ne compter que sur nous-mêmes pour nos moyens de subsistance, pour notre amélioration physique, intellectuelle, et morale ! J’ai à faire sur les besoins humains une remarque importante, fondamentale même, en économie politique : c’est que les besoins ne sont pas une quantité fixe, immuable. Qu’est-ce qu’on attend ? Les documents nous manquent pour reconstituer le détail de cette histoire. Supposons donc, pour prendre un exemple précis, qu’un personnage ait fait des romans d’amour ou de chevalerie sa lecture habituelle. Impossible, dans ces conditions, d’imaginer des transferts importants de population. La COP 21 n’a pas pour but de « sauver la planète » et encore moins de « sauver la croissance » mais de « sauver notre santé » en protégeant les plus vulnérables du pire de la crise climatique. Je ne crois pas qu’aucun parti bourgeois, désireux de modifier la forme du gouvernement et de se hisser au pouvoir, se décide à risquer la lutte avec les voisins ; il préférera négocier. Mais il est impensable que des éditeurs ou le ministre de la culture se prêtent à une telle dénaturation du droit d’auteur qui nous ferait regretter la loyauté et la vertu de Google. Privilégions une approche pragmatique et réaliste, mais volontariste et ambitieuse et convaincre nos responsables que ce Conseil n’est pas une finalité mais le point de départ d’un long processus dans lequel les Chefs de Gouvernement devront s’impliquer et privilégier le long terme au court terme électoraliste. Sûrement, pensent-ils, la faiblesse économique doit être due à quelque chose de plus tangible qu’une boucle de rétroaction. Il incorporera de surcroît toute une série de composants matériels et immatériels produits dans diverses régions du monde, sans compter de multiples services de logistique, de maintenance, et même d’expertise. Les Églises protestantes admettent en général que les éléments du sacrement ne sont de la chair et du sang que dans un sens symbolique : ils nourrissent les âmes, comme la viande et son sue nourrissent les corps. D’un esprit né pour spéculer ou pour rêver je pourrais admettre qu’il reste extérieur à la réalité, qu’il la déforme et qu’il la transforme, peut-être même qu’il la crée, comme nous créons les figures d’hommes et d’animaux que notre imagination découpe dans le nuage qui passe. Les naturalistes savent bien qu’à l’état rudimentaire, tous les types, toutes les trames organiques se confondent ou semblent se confondre, et que, pour en bien saisir les caractères distinctifs, il est préférable de les étudier dans les hauts perfectionnements de l’organisme. Et immédiatement derrière ces façades dont la décrépitude innée, requinquée sans cesse, aguiche le passant et le racole, ce sont des murs de prison qui s’élèvent, des murs de bagne qu’on ne voit point mais qu’on devine, rongés de la lèpre de toutes les misères, de la gale de toutes les abjections ; des murs vieux, très vieux, dont la pierre qui s’effrite est étayée d’arcs-boutants en forme de croix, et qui ne sont pas plus solides, et peut-être moins, que les façades qui les dissimulent. On ne le dira jamais assez, l’Agirc qui est en grande difficulté représente 60% de la retraite des cadres, l’Arrco représentant plus de 30 % de celle des non-cadres. De plus, le crédit d’impôt phonographique, jusque-là réservé aux entreprises constituées depuis plus de trois ans, peut désormais bénéficier aux entreprises immatriculées depuis un an au moins.

Share This: