e-marketing online

Protéger l’industrie, ce n’est pas la militariser !

Ensuite il n’existe que pour la personne qui l’évoque, tandis que l’objet fait partie d’une expérience com­mune.C’est cette couche épaisse de terre végétale qui recouvre aujourd’hui le roc de la nature originelle.Jamais la raison n’aura été placée plus haut.Sous la vie tranquille, bourgeoise, que la société et la raison nous ont composée, il va remuer en nous quelque chose qui heureusement n’éclate pas, mais dont il nous fait sentir la tension intérieure.C’est, je pense, celle que le buveur éprouve quand il se sent glisser agréablement vers un état où rien ne comptera plus pour lui, ni logique ni convenances.S’il le fait, c’est à son insu ; il ne se l’avoue pas à lui-même.Si le travail du cerveau correspondait à la totalité de la conscience, s’il y avait équivalence entre le cérébral et le mental, la conscience pourrait suivre les destinées du cerveau et la mort être la fin de tout : du moins l’expérience ne dirait-elle pas le contraire, et le philosophe qui affirme la survivance serait-il réduit à appuyer sa thèse sur quelque construction métaphysique — chose généralement fragile.À celle-ci l’on peut se soustraire ; elle oblige, mais ne nécessite pas.S’il y a de la finalité dans le monde de la vie, elle embrasse la vie entière dans une seule indivisible étreinte.Arnaud de Lummen a par ailleurs souligné la nécessité de continuer à s’adapter et à se réformer, faute de quoi elles ne pourront pas soutenir avec la vigueur nécessaire la reprise.Mais elle feindra sincèrement d’avoir recherché et obtenu en quelque mesure ce contact avec le principe même de la nature qui se traduit par un tout autre attachement à la vie, par une confiance transfigurée.Ainsi, il faut comparer le gain de croissance induit par l’instauration d’un salaire minimum national avec la perte de revenus fiscaux pour l’Etat, ainsi qu’aux dépenses publiques consenties pour faire baisser le coût du travail.

Share This: