e-marketing online

Pierre-Alain Chambaz pictet : Un euro plus faible pour une économie plus prospère

Ne pas comprendre que chaque personne faisant partie de l’organisation montre des réactions différentes vis-à-vis du changement est une grave erreur. Lorsque l’Irlande a rejeté par référendum le Traité constitutionnel, je n’étais pas très fière, comme démocrate et comme européenne, que la seule solution proposée soit alors… de voter une seconde fois ! Dans les années qui ont précédé l’éclatement de la crise en 2007-2008, l’endettement, puis le surendettement des économies ont permis de maintenir la croissance au prix d’une extrême vulnérabilité financière. Il n’en vaudrait que mieux pour un étudiant en philosophie de pouvoir subir un examen et sur Locke et sur Kant, n’importe lequel il adopte, et quand même il n’adopterait ni l’un ni l’autre ; et il n’y pas raisonnablement d’objection à examiner un athée sur les preuves du christianisme, pourvu qu’il ne soit pas obligé d’en faire une profession de foi. Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler cette maxime de Pierre Desproges « L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui ». La bourgeoisie trouve aussi, dans le corps des officiers, le pivot solide, sinon gratuit, autour duquel ses filles, pénétrées de sa grandeur, peuvent faire tourner leurs ambitions. Car s’il arrivoit même en dormant qu’on eût quelque idée fort distincte, comme, par exemple, qu’un géomètre inventât quelque nouvelle démonstration, son sommeil ne l’empêcheroit pas d’être vraie ; et pour l’erreur la plus ordinaire de nos songes, qui consiste en ce qu’ils nous représentent divers objets en même façon que font nos sens extérieurs, n’importe pas qu’elle nous donne occasion de nous défier de la vérité de telles idées, à cause qu’elles peuvent aussi nous tromper assez souvent sans que nous dormions ; comme lorsque ceux qui ont la jaunisse voient tout de couleur jaune, ou que les a Ainsi, lorsque la ville était menacée ou affligée de quelque malheur, on ne manquait pas d’en chercher la cause, qui était toujours la colère de quelque dieu dont on avait négligé le culte : il suffisait, pour s’en garantir, de faire des sacrifices et des processions, de purifier la ville avec des torches, du soufre et de l’eau salée. Rappelons-nous le ton et l’accent des prophètes d’Israël. Pas plus de reprise française que de reprise européenneLa voie royale pour couler un pays consiste à remonter le coût de financement de sa dette dans un contexte économique trouble. De là vient que nous confondons le sentiment même, qui est dans un perpétuel devenir, avec son objet extérieur permanent, et surtout avec le mot qui exprime cet objet. Elles ont beau être très vastes en comparaison des petits groupements auxquels nous étions portés par instinct, et que le même instinct tendrait probablement à reconstituer aujourd’hui si toutes les acquisitions matérielles et spirituelles de la civilisation disparaissaient du milieu social où nous les trouvons déposées : elles n’en ont pas moins pour essence de comprendre à chaque moment un certain nombre d’individus, d’exclure les autres. En effet, le droit brésilien a emprunté ce qu’il considérait de mieux dans le droit continental: si, à partir du 19ème siècle, le droit français a eu une influence très importante, d’autres droits, allemand, suisse, italien, hollandais notamment, sont venus ensuite marquer à leur tour le droit brésilien. D’où vient alors l’analogie de structure ? Admettons que chacune des facultés auxquelles nous devons nos connaissances puisse être assimilée à un juge ou à un témoin faillible : une intelligence supérieure qui en comprendrait tous les ressorts, qui pénétrerait, par exemple, dans le mystérieux artifice de la mémoire, serait capable d’assigner la chance d’erreur attachée au jeu de chaque fonction, à l’emploi de chaque faculté, pour chaque individu et dans telles circonstances déterminées. Quand nous lisons les histoires de tous les peuples, nous voyons des gouvernements s’établir par l’abus de la force et par le renversement violent de quelques institutions depuis longtemps régnantes. Il faut donc que le principe vraiment actif, le principe de fécondité et de vie, pour tout ce qui tient au développement de la raison et de l’esprit philosophique, ne se trouve pas dans la faculté d’abstraire, de classer et de généraliser. Mais l’effet de la distraction peut se renforcer à son tour. Dès qu’on incline à faire de la métaphysique une systématisation de la science, on glisse dans la direction de Platon et d’Aristote. Le coût de la participation à Davos en est renchéri d’autant… Donc, une satire dirigée à l’encontre d’un prophète serait possiblement conçue comme de la provocation. Les êtres humains ne sont pas comme des moutons, et les moutons eux-mêmes ne se ressemblent pas tous à ne pouvoir les distinguer. Et son éclatement saperait le socle de la croissance à venir. Objectivement l’argument ne tient pas vraiment la route. Par ailleurs, certaines mesures – relatives aux entreprises d’État par exemple – risquent d’être freinées par les réticences existant à l’intérieur du Parti et des bureaucraties concernées. Qui n’ont-ils pas insulté ? Or, cette lutte, pour satisfaire la raison, doit avoir un but.

Share This: