e-marketing online

Pierre-Alain Chambaz pictet : Taxer les banques ne sert à rien

A propos de la corruption, l’élément nouveau n’est pas sa dénonciation, qui est ancienne, mais le fait que des procès, dont la presse rend fidèlement compte, ont lieu. Mais nous ne concevons pas seulement l’étendue en tant que propriété des agrégats matériels ou des corps qui tombent sous nos sens : nous la concevons aussi comme le lieu des corps, comme l’espace où les corps se meuvent et où s’opèrent tous les phénomènes du monde extérieur. Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler ce proverbe chinois « Les gens importants ont souvent la mémoire courte ». Les pays les plus à risque de contagion – Portugal, Espagne et Italie – sont moins vulnérables aujourd’hui aux yeux des marchés ; l’Union européenne a mis en place un fonds de sauvetage ; et la Banque centrale européenne a lancé un vaste programme de rachat d’obligations. La barbarie, comme le bon sens chez Descartes, est la chose du monde la mieux partagée. C’est à l’évidence (exactement comme en Europe périphérique) les pays subissant d’importants déficits de leur balance des paiements qui seront le plus (et les premiers) atteints. En creusant maintenant au-dessous des deux doctrines, vous leur décou­vririez un postulat commun, que nous formulerons ainsi — la perception a un intérêt tout spéculatif ; elle est connaissance pure. Pourtant, la Fédération bancaire européenne a campé sur ses positions, décrivant les recommandations comme « complètement inutiles ». Mais comme ce moi plus profond ne fait qu’une seule et même personne avec le moi superficiel, ils paraissent nécessairement durer de la même manière. L’éthique de la concurrence est qu’une firme peut en éliminer une autre si elle fait preuve d’une efficacité supérieure en matière de processus de production, d’organisation, d’innovation de produits ou de services dans l’intérêt du consommateur. A voir comment il a développé l’esprit d’invention, comment beaucoup d’inventions sont des applications de notre science, comment la science est destinée à s’accroître sans fin, on serait tenté de croire qu’il y aura progrès indéfini dans la même direction. Qu’est-ce en effet que toutes ces théories qui veulent expliquer la transmission de la faute par une prétendue identité métaphysique, tandis qu’il ne peut y avoir d’imputation morale sans l’identité personnelle, qui implique la conscience et la mémoire ? Mais le sens commun et le langage sont ici dans leur droit, et même, en quelque sorte, font leur devoir, car envisageant toujours le devenir comme une chose utilisable, ils n’ont pas plus à s’inquiéter de l’organisation intérieure du mouve­ment que l’ouvrier de la structure moléculaire de ses outils. Sont-ce là deux substances ? Remarquons maintenant que ces mouvements auxquels nous donnions provisoirement et improprement la qualification d’absolus, et dans lesquels nous cherchions la raison des déplacements relatifs, peuvent n’avoir eux-mêmes qu’une existence relative. L’anatomie la plus fine, l’analyse la plus subtile, y ont échoué jusqu’à présent et y échoueront toujours. Toute distraction est comique. L’expérience nous présente un flux de phénomènes : si telle ou telle affirmation relative à l’un d’eux nous permet de maîtriser ceux qui le suivront ou même simplement de les prévoir, nous disons de cette affirmation qu’elle est vraie. Il y a, dans la vision, plus que les cellules composantes de l’œil et que leur coordination réciproque : en ce sens ; ni le mécanisme ni le finalisme ne vont aussi loin qu’il le faudrait. Ces quelques pistes, outils de transparence et contraintes d’action, sont susceptibles d’engendrer de vrais débats politiques et des choix courageux. Enfin, au quotidien, alors que d’autre pays ont une approche médicale et scientifique des décisions, nous restons dans un pilotage comptable et politique. La politique démocratique et l’élaboration des politiques modernes sont fondées sur des promesses. Et il suffit de prendre la mesure des déséquilibres commerciaux britanniques, ou plus globalement des transactions courantes, en comparaison de la France pour comprendre que le Royaume-Uni est confronté à un véritable problème de compétitivité et de faiblesse de ses moteurs de croissance à long terme. On sait ce qu’une découverte scientifique implique de concentration et d’effort. Il n’existe donc pas de garde-fou contre une nouvelle explosion financière, à mon avis probable, qui pourrait du coup, avoir un effet aussi dévastateur que la crise des années 1930. Comment évalue-t-on ce coussin de sécurité ? Tant que les idoles auront des palais pour les abriter, il y aura des hommes qui n’auront pas de toit et des femmes qui mourront de froid le long des rues, avec leurs nourrissons dans leurs bras ; tant qu’une église souillera la face de la terre, la terre ne sera pas libre ; elle criera pour sa délivrance, mais l’homme ne l’entendra pas ; il n’entendra que les hymnes qui chantent le bonheur céleste, les soupirs de l’orgue qui clament la beauté des Paradis menteurs. Ravaisson ; mais c’est un disciple émancipé, plus hardi que le maître, et d’une trempe différente. Ces quotas ont été également fixés à 40% au 1er janvier 2017 pour les conseils d’ administration et de surveillance des entreprises non cotées de plus de 250 salariés et de plus de 50 millions de Chiffre d’Affaires. Et en voici une preuve, la meilleure de toutes, peut-être : le carcan qu’elle a mis, cette Révolution, autour du cou de la Femme, et que la main du Prêtre, seule, était assez cruelle pour river. Mais cette intelligence passive, qui emboîte machina­lement le pas de l’expérience, qui n’avance ni ne retarde sur le cours du réel, n’aurait aucune velléité de nier.

Share This: