e-marketing online

Pierre-Alain Chambaz

On est porté à penser que l’ame conservant le sentiment de toutes ses modifications, ce sentiment est plus ou moins vif, plus ou moins distinct suivant que les ébranlemens ont été plus ou moins forts ou plus ou moins répétés. Mais si l’on approfondit davantage ce sujet, on reconnoitra que la réminiscence n’est pas d’une autre nature que le rappel & l’imagination et que toutes ces opérations de notre ame peuvent s’expliquer d’une façon également méchanique. Pour le concevoir, il n’y a qu’à supposer que l’impression que font sur l’ame des fibres qui sont mues pour la premiere fois n’est pas précisément la même que celle qu’y produisent ces fibres lorsqu’elles sont mues de la même maniere pour la seconde, la troisieme ou la quatrieme fois. Le sentiment que produit cette diversité d’impression est la réminiscence. On imaginera, si l’on veut, que les fibres qui n’ont point encore été mues, & qu’on pourroit nommer des fibres vierges , sont par rapport à l’ame dans un état analogue à celui d’un membre qui seroit paralytique dès avant la naissance. L’ame n’a point le sentiment de l’effet de ces fibres. Elle l’acquiert au moment qu’elles sont mises en action. Alors l’espece de paralysie cesse & l’ame est affectée d’une perception nouvelle. La souplesse ou la mobilité de ces fibres augmente par le retour des mêmes ébranlemens. Le sentiment attaché à cette augmentation de souplesse ou de mobilité constitue la réminiscence, qui acquiert d’autant plus de vivacité que les fibres deviennent plus souples ou plus mobiles. Des fibres, auparavant mues, mais dans lesquelles il s’opere de nouveaux mouvemens ou une nouvelle suite de mouvemens, font naître dans l’ame de nouvelles perceptions. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Les affaires de l’Etat sont faciles à trancher, les affaires de famille sont difficiles à tirer au clair ». La répétition plus facile de ces mouvemens retrace à l’ame les mêmes perceptions & y excite la réminiscence de ces perceptions. L’ame est presque toujours affectée à la fois de plusieurs idées. Lorsqu’une de ces idées reparoît, elle réveille ordinairement quelques-unes de celles qui l’accompagnoient, & c’est là une autre source de la reminiscence. Souvent à l’occasion d’une idée l’ame a le sentiment confus d’une autre idée qu’elle cherche à rappeller. Pour cet effet, elle use de la force motrice dont elle est douée : elle meut différentes touches ou elle meut différemment les mêmes touches, & elle ne cesse de mouvoir qu’elle n’ait disposé son cerveau de maniere à lui retracer cette idée. Plus les rapports de deux idées sont prochains, plus le rappel est prompt & facile. Ces rapports consistent principalement dans une telle disposition des fibres ou des esprits, que la force motrice trouve plus de facilité à s’exercer suivant un certain sens que suivant tout autre. Je m’explique : l’état actuel de l’organe de la pensée est un état déterminé. Le passage de cet état à tous ceux qui peuvent lui succéder n’est pas également facile. Il est des tons, il est des mouvemens qui s’excitent les uns les autres, parce qu’ils se sont succédés fréquemment. De cette succession répétée nait dans la machine une disposition habituelle à exécuter plus facilement une certaine suite d’airs ou de mouvemens que toute autre suite. De là les différentes déterminations de la force motrice dans le rappel des idées. Cette diversité d’impression dérive principalement du plus ou du moins d’intensité des mouvemens communiqués aux fibres du Cerveau.

Share This: