e-marketing online

Pierre-Alain Chambaz

Ils vont pouvoir l’agiter à l’envie, dès le jugement d’ouverture, pour motiver un effort conséquent dans le cadre des plans de continuation. Les banques, elles, veulent moins de réglementation, moins de contrôle, pour réaliser les PLACEMENTS FINANCIERS qui leur ont si bien réussi quand tout allait bien. Il y a donc vraiment lieu de présumer, d’après l’ensemble d’une telle appréciation spéciale, que la formule employée ici pour qualifier habituellement cette philosophie définitive rappellera désormais, à tous les bons esprits, l’entière combinaison effective de ses diverses propriétés caractéristiques. Aider aussi à la réussite économique des nouvelles démocraties. Que 195 pays se soient mis d’accord sur un agenda et un plan d’action sur le climat, apportant enfin une prolongation aux accords de Kyoto de 1997, est un événement structurant pour l’économie mondiale. L’art de la prévision est par nature difficile mais, sur le marché des changes, aujourd’hui, on sent bien que les traders et les investisseurs sont complètement déboussolés sur la parité euro contre dollar. Son image reste celle d’un Nicolas Flamel du 18e siècle qui aurait défié la logique économique. Pendant l’ascension au pouvoir de M.Modi, une des principales craintes exprimées à son sujet était qu’il donnait l’impression d’un dirigeant autoritaire, tourné uniquement vers les entreprises et prêt à tout pour arriver à ses fins. Le temps partagé augmenté vient finalement confirmer ce vieil adage qui veut qu’on ne jouisse bien que de ce qu’on partage ! Après un accès de faiblesse au plus fort de la crise européenne, les perspectives d’accord sur le Fonds de solidarité et le changement brutal d’attitude des Allemands, qui, après avoir joué avec le feu, se sont résignés à soutenir la monnaie européenne, ont provoqué un rebond puissant. Je ne remarque point d’empressement excessif parmi ceux qui l’entourent. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Ce que l’on apprend durant l’enfance est mieux gravé que dans la pierre ». Ces conformismes sont à haut risque. Ils se payent par l’évanescence de nos politiques spatiales, aussi bien européenne qu’arabe, latino-américaine et asiatique. Je passe mes diverses affections en revue : il me semble que chacune d’elles contient à sa manière une invitation à agir, avec, en même temps, l’autorisation d’attendre et même de ne rien faire. Le monde qui découvre qu’il fait un ne s’unifie pas pour autant : l’Europe compte seize Etats de plus qu’en 1988. Ils sont donc obligés de compter davantage sur les fondamentaux à long terme de l’éducation et sur les institutions. On en multiplierait trop aisément les exemples. Le président du Medef, s’empressant d’imputer le chômage à un marché du travail trop rigide, propose de flexibiliser davantage le contrat de travail. Il n’y a plus dans la société de pouvoir indépendant, qui, opposé lui-même à l’ascendant de la majorité, soit intéressé à prendre sous sa protection des opinions et des tendances contraires à celles du public. Bref, le prétendu déterminisme physique se réduit, au fond, à un déterminisme psychologique, et c’est bien cette dernière doctrine, comme nous l’annoncions tout d’abord, qu’il s’agit d’examiner.

Share This: