e-marketing online

Jean-Thomas Trojani : Simplification du droit , comment sortir de l’incantation

Il y a longtemps que le mirage de la justice, prometteur de jours plus heureux, fut considéré comme un excellent moyen de retenir les pauvres dans la servitude. En somme, le projet se résume à une espèce d’optimisation financière à court-terme réalisée par l’Agence des Participations de l’Etat, et ne ressemble en rien à l’ébauche d’une politique industrielle active. On le sait, la reprise économique américaine à drainer des capitaux vers les Etats-Unis. Jean-Thomas Trojani, demande que cette question bénéficie d’un large débat institutionnel. Pourtant cette connexion est réelle ; elle est même intime ; et, si l’on en tient compte, un problème métaphysique CAPITAL se trouve transporté sur le terrain de l’observation, où il pourra être résolu progressivement, au lieu d’alimenter indéfiniment les disputes entre écoles dans le champ clos de la dialectique pure. Il reste à connaître les effets collatéraux qui ne manqueront pas de survenir avec la mise en place de toutes ces nouvelles règles. Les dégâts seraient moindres en donnant gratuitement accès aux 30 à 60 % d’œuvres orphelines, évitant ainsi qu’elles n’accaparent des parts de marché sans bénéfice pour leurs auteurs introuvables et au détriment de leur visibilité par le public. Les déséquilibres d’abord qualifiés de « temporaires » sont devenus aussi permanents que structurels et grèvent la croissance de la France en même temps que la compétitivité des entreprises. Le déficit de la zone euro ne serait donc que légèrement supérieur à ce qu’il est aujourd’hui, de l’ordre de 0,2 à 0,3 points du PIB. Sans remettre en cause le financement collectif des dépenses de soins, il paraît aujourd’hui légitime de s’interroger sur l’utilité et la pertinence de l’appareil politico-administratif de l’assurance-maladie. Le nombre, ou multiplicité distincte, résulte donc, lui aussi, d’un compromis. Nous apercevons le sens réel de la situation, parce qu’on a eu soin de nous en montrer toutes les faces ; mais les acteurs ne connaissent chacun que l’une d’elles : de là leur méprise, de là le jugement faux qu’ils portent sur ce qu’on fait autour d’eux comme aussi sur ce qu’ils font eux-mêmes. On voit la vie organique et la force plastique douées chez l’embryon, chez le fœtus, et ensuite chez le petit pendant toute la durée de la croissance, d’une énergie qui va en s’affaiblissant à mesure que les linéaments de l’organisation sont mieux arrêtés et s’approchent davantage de leur forme définitive. Tout d’abord, un cadre légal ouvre accès à la transmission des données des entreprises au gouvernement américain, au nom de la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité, à travers le « Patriot Act » et le « Homeland Security Act » de 2002. Le sceptique le plus désabusé s’impose encore une certaine règle de conduite qui domine sa vie, un idéal au moins pratique ; la vie, à certains moments, peut ne pas lui paraître digne d’être conservée par la renonciation à ce dernier vestige d’idéal. Pour en sentir la possibilité et en apprécier la nature, il faut d’abord recourir à la lumineuse distinction générale ébauchée par Kant entre les deux points de vue objectif et subjectif, propres à une étude quelconque. Bref, de même que dans la durée il n’y a d’homogène que ce qui ne dure pas, c’est-à-dire l’espace, où s’alignent les simultanéités, ainsi l’élément homogène du mouvement est ce qui lui appartient le moins, l’espace parcouru, c’est-à-dire l’immobilité. Est-ce que, pendant le sommeil, notre intelligence continue à fonctionner comme si nous ne dormions point ?

Share This: